Femmes du monde

Les soeurs de Sainte-Croix en Afrique de l'Ouest

  Alex Radelich, Unsplash

Nos sœurs de l’Afrique de l’Ouest sont engagées dans deux pays : au Mali et au Burkina Faso. Elles offrent différents services.

Mission de présence

  • Les sœurs vivent une mission de présence dans l’accueil de toutes les sœurs de Sainte-Croix qui transitent par Ouagadougou. C’est la communauté des sœurs étudiantes et la maison de formation initiale.
  • Une bibliothèque est au service des jeunes pour les aider dans leurs recherches et des appuis pédagogiques sont offerts pour soutenir l’éducation scolaire

Implication dans les paroisses

  • services d’appui à la paroisse dans l’accompagnement des jeunes et des enfants  sont offerts.
  • aide dans la pastorale paroissiale dans la mesure de notre possible comme la liturgie, la décoration, la pastorale familiale, Direction et animation d’une résidence pour jeunes étudiantes à Sikasso, Mali
  • Aide offerte aux catholiques comme aux musulmanes et à la population animiste
  • Aide aux activités diocésaines

Éducation

  • La direction et l’enseignement dans un collège à Garango

Perspectives d’avenir : sur un terrain  de 15 hectares à une  dizaine (10) de kilomètre  nous prévoyons :

  • un centre de santé
  • une école maternelle primaire et secondaire
  • un centre pour la promotion féminine.

Afrique de l'Ouest

Arrivées des CSC au Burkina Faso et au Mali

Ouagadougou, Burkina Faso

Les sœurs de Sainte-Croix sont arrivées au Mali dans la paroisse de Dyou le 6 novembre 1980 et dans la paroisse de Sanzana, du diocèse de Sikasso le 5 mars 1990.

Après 25 ans de présence en terre malienne, aucune relève ne pointait et les jeunes membres venaient du Burkina-Faso. Pour la continuité de la mission et du charisme Sainte-Croix, les sœurs envisagent la possibilité de faire de la pastorale vocationnelle au Burkina Faso. C’est ainsi qu’en janvier 2000, nos Sœurs Doreen Cloutier, Rose Marie Ouédraogo et Marie Claude organisent un camp vocationnel au centre Cardinal Paul Zoungrana. Par la suite elles seront invitées par les prêtres de la paroisse de Yako à faire connaitre la congrégation. Dans l’encadrement des aspirantes, elles seront appuyées par une laïque Anastasie Ouédraogo. Vu le nombre des jeunes qui désirent entrer en Sainte-Croix, la question se pose : Comment assurer un suivi ?
La distance entre Sikasso et Ouagadougou est énorme et exige temps et énergie. Une éventuelle implantation au Burkina Faso est mise de l’avant et une demande en ce sens est adressée à l’administration générale.

Après une exploration en octobre 2004, Sœur Micheline Urbain et Sœur Rose-Marie Ouédraogo arrivent à Ouagadougou à la paroisse semi-rurale de Tanghin, le 29 décembre 2004. Elles résideront dans un quartier non loin de la chapelle de Saint Gabriel. La mission des sœurs est une présence à la communauté chrétienne, priant l’office avec les chrétiens après la messe. Sœur Micheline donne de la catéchèse, assure son appui au collège des Clercs de Saint-Viateur, comme responsable de la bibliothèque et offre des services à la pastorale sociale. Sœur Rose-Marie se donne à l’accompagnement et au suivi des aspirantes par des sessions et des animations dans les différentes paroisses. La mission à Ouagadougou, Burkina Faso est née. La route de Garango s’ouvrira quelques années plus tard, le 16 septembre 2015, à la demande de Mme Florentine Van Espen, la responsabilité du collège Saint Damien sera confiée aux Sœurs de Sainte-Croix.

Mali

Suite à la demande de Mgr Jean Marie Cissé; évêque de Sikasso, Sœur Jeanne Dusseault, csc supérieure générale acceptent d’ouvrir une mission au Mali. Le 6 novembre 1980, les sœurs Louisa Bélanger, Lucille Gravel, Jacqueline Marleau et Fabienne Vachon arrivent en terre malienne. Elles sont accueillies à Bamako par Mgr Cissé, le père Louis LeMeur csc et sœur Odile Mauboussin msc.

CSC au Mali

Les quatre missionnaires sont accueillies chaleureusement à Dyou, petit village de sénoufos, situé à 80 kms de Sikasso et 500 kms de Bamako, la capitale. C’est dans ce village que la mission Sainte-Croix s’implante et, comme toute fondation, elle connait sa part de difficultés et de joies.

Quelques années plus tard trois de nos sœurs, Lucille Gravel, Doreen Cloutier et Liliane Mercier, s’établissent à Sanzana toujours chez les sénoufos, pour continuer la mission. Voyant par la suite le besoin pour les jeunes filles de poursuivre leurs études dans un milieu de vie favorable, les sœurs ouvrent un Foyer d’Accueil à Sikasso, ce qui implique la fermeture de l’œuvre à Sanzana et Dyou…non sans peine…

Quarante années ont passé, la mission csc se poursuit au Mali et au Burkina Faso. « Le grain jeté en terre » par sœur Pierrette Laverdure, enterrée en terre malienne en 2010 et sœur Micheline Urbain enterrée en terre Burkinabè  en 2019, continue de produire d’abondants fruits.